Contrat avec L’ONUDI en 2005


    Par la ratification du Protocole de Montréal et la Convention de Vienne, le 9 Novembre 1992 et son entrée en vigueur le 27 Mars 1996, le Maroc s’est engagé vis à vis des instances internationales à éliminer progressivement l’utilisation du bromure de méthyle au plus tard 2015.

    Dès lors, le Maroc a mis en place une stratégie lui permettant de remplacer l’utilisation du bromure de méthyle en tant que désinfectant des sols par des méthodes alternatives techniquement faisables et économiquement justifiables.

    Conscient des enjeux économiques encourus, le Maroc s’est engagé avec l’aide de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) dans un programme à moyen terme. Pour avancer l’échéance prévue par le protocole, un projet a été initié  sur la culture de la tomate. Ce dernier a pour objectif principal l’élimination progressive de l’utilisation de 649,83 tonnes de bromure de méthyle sur la culture de la tomate avec l’arrêt total de son utilisation à partir de l’année 2010.

    L’exécution de ce projet est a été assurée par l’Association des Producteurs et Producteurs Exportateurs des Fruits et Légumes (APEFEL) par un contrat de soutraitance avec l’ONUDI conformément aux termes de l’accord  n° 2005/ 110 signé le 11/10/2005.

    Parmi les composantes de ce projet, la mise en place d’un  Centre de Transfert de Technologies revêt une importance considérable eu égard au rôle qu’il pourra jouer en matière d’expérimentation, de formation et de vulgarisation des techniques de production des cultures maraîchères en général et au développement des alternatives au bromure de méthyle en particulier.